ToM SCHNEideR & ARTHuR TRaMIeR

 

Tom et Arthur est un duo crée par Tom Schneider (GER/FR 1989) et Arthur Tramier ( FR 1991).

 

Issu d’une formation d’ébéniste et designer mobilier, Tom transforme la position de l’artisan en une pratique dirty.

Il écrit, entre-autres, sur la rénovation des motifs Gothiques dans le champs de l’objet.

 

Arthur est un créateur-designer dont les compétences englobent le domaine de la mode et de son environnement. Sa pratique résonne avec sa recherche sur la notion de sympathie, qu’il considère comme une question de forme et une responsabilité esthétique.

 

Ensemble, Tom et Arthur créent des collections d’environnements domestiques qu’ils nomment “deepdeep domestic layouts.”

À travers l’objet, ils réveillent les potentialités psycho-primitives endormies dans la domesticité moderne.

Ils combattent la triste condition de vivre avec des objets corrects en performant des césariennes dans le ventre de la maison, donnant naissance à des objet contre-corrects.

 


ELise EHRy & Ki t t Y MariA VAN EKereN

Elise Ehry et Kitty Maria Van Ekeren. Ethereality est une agence d’hôtesses de l’air composée par Heather and Rosetta, deux personnages inventés par le duo franco-néerlandais. Elles brassent de l’air tout en questionnant  le vide qu’il représente, aux travers de gestes simples. Fantômes d’une époque moderniste révolue, elles tirent avantage d’un uniforme pour créer des situations duty-free.


CoNSTaNCE HinFRAY eT CÉCile GAIlLArD

Les ateliers et tableaux immersifs de Constance Hinfray et Cécile Gaillard sont un projet de recherche autour du nouveau nomadisme. Avec Narguillerias, elles placent la propagation de la technologie dans notre quotidien en écho avec des techniques ou des traditions qui relèvent de la cérémonie, de l’artisanat. C’est un questionnement sur les communautés, vu par le prisme d’un bagage convoquant diverses cultures, diverses temporalités pour entrouvrir sur des tableaux « near future ».


ANTHoNY BoDiN

Anthony Bodin témoigne de l’abstraction du réel. Dans ses collectes d’objets extrait d’une production industrielle et impersonnelle, il déroute notre perception par de simples actions. Comblant les creux de cales de carreleur de peinture noir, il opère une transformation presque automatisée de ce que la forme relève de profondément cinétique.


PaU l INE BoRDaneiL

Face A : Curator / Recherches
L'envers de la création artistique à travers ses objets et ses rites
Le langage, conservation et dynamisme de notre quotidien 
L'archéologie, sa structure à la fois sereine et malléable
Le sport et ses mythologies contradictoires
Face B : Écrivaine / Pratique
Travestir ses émotions
Machouiller le français
Étaler son observation
Dénaturer le dictionnaire
Elles sont à dos mais se croisent. Le langage les regroupe, de la réflexion au discours.
Le confinement est impossible. L'écriture est inévitable.

LUCiE PinieR

Décomposant le temps en matière sous différentes strates, Lucie Pinier développe un vocabulaire de formes primaires. Plâtre, filasse, plastique se mêlent, se tissent, s’agglutinent et donnent corps à une immatérialité. 


FoRMEs ViVEs

Formes vives est un atelier de création protéiforme mené par des hypothèses généreuses, artistiques et non conformistes. Ils sont trois graphistes et dessinateurs : Nicolas Filloque, Adrien Zammit, et Geoffroy Pithon. Formes vives collaborent entre associations, collectivités et collectif d’artistes. C’est l’ambition de produire des formes qui soient des prolongements cohérents et heureux de leurs pratiques.


MaThieU lE BrUN

Mathieu Le Brun, plasticien engagé dans une pratique de la peinture produit des images dynamiques, noueuses, qui ne disent pas toujours leurs noms, effectuant un grand écart entre paysage d’imagination de grands formats, collages burlesques, parfois érotiques, son obsession constante est la figure du chat.


RoNAN RI o U & maRIoN Mo L L E

Marion Molle et Ronan Riou qui adorent déjeuner très longtemps et «manger des bons ingrédients».

Le dessin est à la base de leur travail, ensemble ils explorent diverses techniques qui les amènent à raconter des craques.

«On rencontre des vases tordus, des pochettes à dessins abandonnées aux poubelles, on les emmène avec nous et on se met à rêver avec eux. L’étape suivante consiste à dire des salades comme un arracheur de dent, on arrache tout, on replante et ça pousse drôlement.»


CAmilLe dOISeAU

Pour Camille Doiseau, les retournements hiérarchiques, les détournements moraux et l’expression de l’imaginaire collectif sont l’occasion de prendre du recul et de contempler la réalité du monde avec auto-dérision et sans jugement.

«Pour raconter des histoires, l’écriture et la peinture sont mes moyens de prédilection.

Mon projet est bâtit sur la carte imaginaire d’un paysage rural, où sont placés villages, cantons, étangs, collines et vallées, que j’ai nommé et auquel j’ai inventé une histoire, un patrimoine, un calendrier, des rites, un folklore.»


MaRGaUX PaRillaUX